Avoir un enfant : tout ce qu’on t’a dit est faux

On m’a toujours présenté la maternité comme une suite d’abandons.

Abandon des grasses matinées, des nuits paisibles, du ciné, des restos, des moments à toi.

Plus de vie sociale.

Plus de vie sexuelle non plus d’ailleurs.

Ta vie sera vampirisée par ce petit être qui, en préambule, aura pris soin de te bousiller 9 mois de ton existence, étant à l’origine des nausées, insomnies, sautes d’humeur, jambes lourdes, hémorroïdes, et autres joyeusetés qui auront immanquablement rythmé ta grossesse.

Ha ha (rire sardonique).

Je m’y suis préparée telle une athlète, ai soulé briefé mon mec (attention, on sera éreintés, on va s’engueuler toute la journée, se déchirer, se mutiler), dans l’espoir de prendre les devants, voire de conjurer le sort, ai mis en garde ma mère, mes amis, mes voisins, rassemblé toutes mes forces pour préparer au mieux le terrain.

Je n’étais pas enceinte, j’étais en préparation mentale pour les mondiaux d’athlétisme.

Du coup j’ai mis des années à me décider à faire un enfant.

Je n’avais pas rencontré le père, ça joue beaucoup, je te l’accorde.

Mais enfin j’ai employé toute mon énergie – et dieu sait qu’elle est grande – à profiter. Profiter de la vie, de mon temps libre, de ma liberté, de mes amis. Toutes ces choses dont on m’avait juré, la main sur le coeur et l’air contrit de circonstance, que je ne les reverrais PLUS JAMAIS.

J’ai dépensé plus que de raison en massages, shopping, dîners entre copines, et autres activités promises à une fin brutale.

Je vivais en prévision d’une forme de retraite austère et laborieuse.

Conduite que j’avais également durant ma grossesse puisque je me souviens qu’à l’interrogation de mon amoureux quant au devenir de nos livres, j’ai suggéré qu’on en garde une petite trentaine dans la chambre, en me mordant l’intérieur des joues pour dissimuler mon trouble à l’idée qu’il ne serait plus possible, dès l’enfant né, de lire ne serait-ce qu’une page.

Pourtant j’ai commencé avec délice à réfléchir à la chambre d’enfant que je voulais faire en lieu et place de notre bureau-bibliothèque et ce chantier vierge, et pour moi immense, était un pur bonheur.

J’ai passé des heures sur Pinterest à chercher des idées de déco pour faire de cette chambre un endroit agréable pour mon bébé.

Les peluches amassées sur les étagères ou dans le lit, les meubles retapés, les dessins d’oursons que j’ai peints, encadrés et accrochés au mur, les guirlandes, les lampions (oui sa chambre c’est la fête à neuneu) : je me suis donné un mal de chien.

La tête de certains quand je raconte à l’époque que j’en suis à mon 6ème allez-retour chez Cultura:

« Hihi c’est chou!!!  (regard condescendant).

– Mais tu sais, c’est pas la peine de te décarcasser à décorer sa chambre, il n’en profitera pas. Avant 2 ou 3 ans ils ne se rendent compte de rien. »

Sous-entendu : t’as bien perdu ton temps pauvre truffe.

Bon, je suis désolée pour toi Marjolaine mais soit ton enfant est débile, soit le mien est surdoué, soit tu as une vision très négative de la vie. Qu’est-ce que tu préfères?

Il se réveille tous les matins en disant bonjour aux oursons dans les cadres, puis on va faire un tour du côté du sticker biche et il finit par les énormes lampions qui le font GRAVE kiffer parce qu’ils sont multicolores.

Chaque fois qu’il est dans son lit – souvent donc – il se tape des barres avec ses peluches (c’est plus lui qui rit, faut reconnaître). Il leur parle, les interroge, les retourne dans tous les sens.

Et moi je suis fière d’avoir passé des heures à préparer ça pour lui.

Alors Jeannine je te pose la question : pourquoi tant de négativité de la part des gens ? Pourquoi???

Parce qu’en vrai, ils ne vivent pas vraiment l’enfer qu’ils se plaisent tant à te décrire, on le sait.

Parmi tous ces foutus plaintifs, y en a peu, tout de même, qui rendraient volontiers l’enfant pour avoir enfin une grasse mat ou aller chez le coiffeur peinard, c’est évident.

Alors pourquoi s’échiner à ne raconter que ces micros détails, ces crottes d’anecdotes, quand on te demande ce que l’enfant a changé dans ta vie ?

Pourquoi est-ce qu’au lieu de dire :

« On n’est pas allés au ciné depuis 8 mois (2 ans ou 6 ans) »

les gens ne disent-ils pas :

« Ok c’est pas rose tous les jours (mais à part pour Paris Hilton, pour qui la vie est-elle rose tous les jours?!) mais franchement c’est bien » ?

Parce que c’est bien, tu sais ?

C’est même le truc le plus dingo que tu puisses imaginer.

Alors putain de bordel de merde, pourquoi les gens sont-ils si négatifs ???

Qu’y gagnent-ils???

Non je ne m’énerve pas. T’inquiète Jeannine.

Mais je me demande quand même pourquoi ce défaitisme systématique, ce snobisme intellectuel d’aller au plus court donc au plus négatif, de dire bof au lieu de dire whaou, « c’était pas mal » au lieu de « c’était bien » ?

Ce réflexe insupportable de ne garder que le négatif parce que quoi ? Le bonheur c’est moins glam? Simplement dire « on est bien » c’est pas cool?

Faut se plaindre pour être écouté, ou pire, pour être crédible ?!!

En fait les gens seraient très heureux et leur sinistrose une posture ?

Lily Tomlin avait vu juste:

« Les hommes ont inventé le langage pour satisfaire leur envie de se plaindre. »

Chameaux va!!!

 

Publicités

2 réflexions sur “Avoir un enfant : tout ce qu’on t’a dit est faux

  1. C’est pas faux, c’est pas faux ce que tu dis… Cela dit, j’en chie un peu en ce moment avec mes deux gnomes….Mais il faut prendre la vie du bon côté! Se lever à 5h du mat’=avoir la journée devant soi pour faire plein de trucs!
    se faire vomir dessus=avoir l’occasion de changer de robe et de se faire belle!
    😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s