Faire du sport quand tu es enceinte

Je fais de la danse depuis toujours.

C’est le sport que je pratique, depuis des millénaires, avec passion, et aussi une fidélité que je ne peux revendiquer dans aucun autre domaine (sauf dans le couple, t’emballe pas Jeannine).

J’aime la danse parce qu’on y fait des efforts déments, mais en musique et noyés dans une certaine forme d’allégresse qui a pour effet d’annihiler la douleur de l’effort, ou en tous cas de l’amoindrir.

Parce que douleur il y a, bien sûr.

Essaie ne serait-ce que de pointer ton pied au maximum, tu verras, ça fait mal.

Si tu souhaites pousser l’expérience plus avant, je te recommande, toujours avec ce pied pointé, de tendre ta jambe en allongeant le genou, d' »avaler » ton ventre  (le faire remonter vers la gorge), de relâcher les épaules tout en maintenant le ventre et les côtes rentrés, de détendre la mâchoire tout en continuant à étirer le sommet du crâne « comme si tu voulais toucher le plafond » (non tu n’y arriveras pas, c’est une image Jeannine).

Voilà tu maintiens tout ça, et tu n’oublies pas de sourire bien entendu…

Ca fait mal hein?

Et tu n’as même pas esquissé l’ombre d’un mouvement, alors tu imagines…

 Bref, douleur il y a, mais va comprendre, on aime ça…

Evidemment, lorsque je suis tombée enceinte, j’ai dû renoncer à la danse, et je me suis mise en quête d’un sport de remplacement.

Bon j’ai cherché comme une malade. L’image n’est pas hasardeuse: figure-toi que quand tu ne danses plus, tu es en manque.

J’ai écumé les sites web les plus pointus à la recherche d’une activité sportive autre que manucure-pédicure.

Jeannine, je t’annonce: ça n’existe pas.

Soirées filles façon baby shower, avec macarons et l’inévitable cocktail sans alcool, oui.

Ateliers portage ou comment porter votre nouveau-né avec une écharpe en apprenant à faire 8 noeuds différents, oui.

Master class en haptonomie pour communiquer avec ton bébé à travers ton ventre, oui.

Mais d’activité sportive faisable, point.

Comment se fait-ce?!

Et bien je ne sais pas, ma chère.

J’ai eu le sentiment d’être seule au monde à vouloir rester en forme pendant ma grossesse.

Non pas que j’eusse besoin de reprendre ma carrière de top model international 3 semaines après l’accouchement, mais enfin, je n’avais que très peu envie de me métamorphoser, 9 mois durant, en une baleine haletante, à peine capable de remuer le doigt de pied, et encore, après une intense concentration.

Mais il a bien fallu se rendre à l’évidence: ne s’offraient à moi que l’aquagym et le yoga (moi aussi, j’en ai pleuré).

J’ai donc commencé par l' »aquagym prénatale« .

Le rendez-vous des baleines.

Chaque semaine, 15 mammifères marins, le corps enserré dans un maillot de bain immonde, le cheveu aplati sous un bonnet caoutchouteux trop petit, les lunettes de travers sur le front, se retrouvent, sourire timide aux lèvres, au bord d’un bassin fraîchement libéré par des seniors surmotivés (faut pas rêver, on est vendredi, 12h15).

Quand j’ai vu ça la première fois, je suis retournée au vestiaire.

Et puis j’ai repensé au prix de l’abonnement trimestriel et je suis revenue sagement dans le groupe.

Le maître-nageur était le sosie de Franck Dubosc, et sur son sourire ultra bright on pouvait lire: « je suis motivé les gars, c’est pas le souci, mais le vendredi j’ai les mamies en folie et j’enchaîne avec les baleines. Faut me comprendre, c’est pas ma journée la plus wizz ».

Et c’est parti pour une heure de traversée de bassin en montant le genou.

On se sourit poliment quand on se croise, copines de galère. Chacune jauge le ventre des autres, et se compare (baleines mais toujours femmes).

C’est long, j’ai l’impression d’avoir 200 ans.

Le pauvre Franck Dubosc a beau tout donner pour nous rendre le truc vivant, je suis chaque semaine à deux doigts d’avaler mon bonnet de bain par les narines pour tromper mon ennui.

Un jour, Franck nous dit: « on va travailler le souffle, vous en aurez besoin le jour de l’accouchement. » Je me dis : enfin du challenge! Balance ton exercice Frankie, je vais t’en mettre plein la vue.

Bon, évidemment, je n’ai jamais réussi.

Faut dire qu’il était complètement con son exercice: descendre au fond de la piscine en apnée et y rester, rien qu’en soufflant hyper doucement.

Déjà pour descendre, même avec quelques kilos supplémentaires, faut le vouloir, mais rester en bas, ça relève carrément de l’impossible.

Enfin, pour moi. Parce que le pire, c’est que certaines y arrivaient parfaitement.

Elles restaient des plombes au fond, en position du lotus, genre « faites votre vie, moi je médite », pendant que le petit groupe de la loose, dont j’étais, attendait à la surface que ces dames veuillent bien se donner la peine de remonter.

Du coup, non seulement j’avais le sentiment que j’allais terminer ma grossesse grasse comme un loukoum faute de sport, mais en plus, j’étais à peu près certaine de planter mon accouchement, faute de souffle.

Trop sympa l’aquagym.

De désespoir, je me suis donc tournée vers le yoga prénatal.

Comment te dire?

C’est calme.

C’est pour les gens calmes quoi.

Bon, et moi je ne suis pas calme.

La première – et je t’épargne le suspense, unique – fois, j’étais sincèrement motivée.
Je sais que le yoga peut être une discipline physique, qu’il en existe mille sortes et aussi, qu’il ne faut pas avoir d’a priori dans la vie (c’est ma maman qui le dit).

Mais quand, à la fin du cours, la dame nous a demandés de nous auto-remercier pour ce moment passé ensemble, j’ai rouvert les yeux, regardé les 11 femmes en cercle qui se remerciaient elles-mêmes et quand j’ai senti le fou rire monter, j’ai prié pour qu’il ne sorte pas.

Il n’est pas sorti, mais moi si.

Après quelques errances supplémentaires sur le web (et autres fous rires), j’ai enfin trouvé le cours de rêve.

Ca s’appelle du Pilates prénatal.

Pour jeter un coup d’oeil, c’est ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s