Zika tu ne m’auras pas

mer bleue turquoise et ciel bleu

Ainsi nous sommes en Martinique.

Tu veux dire là où y a Zika?

Tout juste.

Deux semaines de vacances pour essayer de choper ce truc dont on ne sait pas encore s’il est mortel (quoiqu’il y ait eu un mort le jour de notre arrivée. D’ici à y voir un signe, il n’y a qu’un pas. Que nous ne franchirons pas car nous sommes foncièrement optimistes. Complètement cons? Peut-être).

Toujours est-il qu’on est jeunes (t’en mêle pas Jeannine) et que c’est pas un petit moustique à deux balles qui va nous effrayer.

Pensais-je.

Avant d’arriver.

Le seul souci c’est que des petits moustiques il y en a un milliard au kilomètre carré et qu’ils sont actifs de jour comme de nuit. Infatigables les mecs. Ou alors c’est une armée, ils s’organisent, ils tournent, ils alternent, je ne sais pas, mais en tant qu’humain, tu n’as aucun répit.

Toute ta vie (d’occidentale s’entend, parce qu’autant te dire que les locaux sont  miraculeusement préservés, immunisés par je ne sais quel phénomène inexplicable), toute ta vie disais-je, tourne autour de ta protection contre les moustiques.

Et pour commencer, la façon dont tu t’habilles : du long, du long et encore du long. Quand t’as pris 3 débardeurs et 2 shorts t’es contente. J’aurais pu faire différemment – je ne manque pas de vêtements Jeannine, c’est un euphémisme – mais encore eut-il fallu que je le…attention on dérape les gars.

Les produits ensuite. Ceux que tu vaporises sur ta peau toute la sainte journée et qui puent l’huile essentielle, la citronnelle, ou toute autre odeur imblairable (adjectif employé à dessein, tu auras noté l’ampleur du vocabulaire). Les prises que tu branches, les tortillons que tu fais brûler, les ventilateurs que tu fais tourner…

Et cette foutue moustiquaire qui, installée trop à droite au-dessus du lit, me retombe sur le visage toute la nuit.

Évidemment toutes ces astuces sont vaines: je suis dévorée. Ca ne me gênerait pas trop (ça démange mais on s’habitue) n’était cet aspect galeux que les boutons grattés jusqu’au sang donnent à mes jambes joliment caramélisées. C’est bien la peine de se décarcasser à les faire bronzer…

Une des curiosités locales c’est la météo. Ciel bleu, soleil au zénith, tu te prélasses sur ta terrasse en savourant la douceur de la vie et ce pays si accueillant quand soudain la pluie. Mais « soudain la pluie » ça veut dire : il est 15h45 il y a un soleil éclatant, à 15h46 il pleut des trombes d’eau.

C’est le concept de l’averse tropicale.

Moi j’ouvre des yeux de cocker qui doit manger des spaghettis avec une cuillère; les locaux, tout à leur indolence, me sourient: « mais c’est rwien ça Doudou, c’est l’averwse twopicale ».

Ah ok.

L’autre jour j’ai dit à Jim (l’Homme): « Attends, on est sur une île, viens on mange des fruits et des légumes. »

On s’est arrêtés au bord de la route: une dame y avait déployé un stand pour vendre sa production. Je me régalais à l’avance de cette orgie d’aliments sains, ambiance « je suis à la plage, j’ai les cheveux qui sentent le soleil et l’intestin en parfait état de marche ». Des bananes, des tomates, des courgettes: ah ouais? Vous avez pas des trucs marrants? je lui ai demandé, rapport au fait que des courgettes, j’en mange déjà dans ma vie normale.

Elle m’a sorti un ananas. J’ai regardé Jim, il a pas réagi, je me suis dit que ça devait être un ananas spécial, une espèce endémique comme qui dirait. J’ai dit ok, va pour l’ananas.

On a rajouté quelques pommes de terre, elle m’a tendu le tout et elle m’a dit: « Ca fera 15 euros. ».

J’ai re-regardé Jim: « C’est quoi le concept?! Je suis wild mais on n’est pas des américains quand même?! ». Bon, j’ai pas fait de scandale, j’ai payé mon dû et, preuve s’il en est que je deviens de plus en plus vivable, je suis retournée bien sagement m’asseoir dans la voiture.

Tu sais ce que je pense? Si ça se trouve l’ananas est le seul remède efficace pour se protéger contre Zika. Une sorte d’anti-moustique en or massif. Je croise les doigts.

Publicités

2 réflexions sur “Zika tu ne m’auras pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s