C’est pas grave, j’ai ma balancelle

se reposer dans une balancelle

Cette année, j’avais 1 critère: qu’on puisse tout faire à pied.

Et facilement, rapport à l’année dernière. Parce que l’année dernière on a tout fait à pied, mais avec quelles souffrances n’est-ce pas? Enfin j’ai retrouvé ma ligne tu me diras. Oui mais j’ai tellement douillé que je me demande si j’aurais pas préféré rester grosse …

Bref, cette année, vacances d’été: tout à pied.

J’ai dit à Jim: « Chéri, laisse-moi faire, je gère. »

Airbnb, Tripadvisor, Homeholiday: en 3 jours j’avais écumé la moitié du Net et épuisé mes yeux pour le restant de mes jours mais j’avais atteint mon objectif: trouver un lieu de villégiature 2016. Je m’étais fixé un timing- un gros week-end de mai, rapport au fait que me connaissant, perfectionniste tendance psychopathe, on pouvait y passer 8 mois sur cette affaire-là. Or 8 mois, ça nous faisait les vacances d’été en février, c’était moins pratique.

Mon objectif de trouver où on va, par quel moyen, où on dort et comment qu’on va à la plage (le plus important, ça va sans dire, avec la température de l’eau juste après, et la possibilité de faire la sieste à l’ombre. Gros programme), mon objectif donc, était très clair. Et en 3 jours, mon objectif était rempli. La belle gosse.

Pour commencer j’avais assez vite dit: « Et si on partait au même endroit que l’année dernière? » Toi tu dis « tricheuse » Jeannine (je t’entends), moi je dis « gain de temps ». Question de vocabulaire.

La Sardaigne donc.

Cette année j’ai repéré une petite baraque à côté d’Alghero, à 5 mn à pied de la mer (autant dire les pieds dans l’eau, si t’as des grandes jambes), avec une balancelle sur la terrasse. J’ai pensé à ma sieste ombragée, j’ai commencé à fantasmer sur moi dans la balancelle, juste vêtue d’une douce tunique en soie, un verre de coca glacé dans une main, mon livre dans l’autre. J’ai dit : « Chéri j’ai trouvé la maison. »

En plus, cerise dans le coca, la maison est située dans « un parc régional ». Gros coup. La mer, les arbres, la balancelle.

On est arrivés un midi, y avait la mer, les arbres, la balancelle. Je me suis auto-félicitée de mon choix et je me suis assise dans la balancelle. Le taxi était même pas parti, l’enfant courait sur les marches de la terrasse, à deux doigts de se péter une dent, mais moi je voulais juste m’asseoir dans ma balancelle. J’avais mon pantalon froissé de l’avion, pas ma tunique en soie chamarrée et pas encore mon coca, mais c’est pas grave, je m’en balançais. Mon mec m’a regardée, moi j’ai pensé: « peu m’importent les problèmes, mon amour, puisque je suis dans ma balancelle ».

Après le vieux monsieur sarde qui nous a accueillis nous a expliqué le fonctionnement de la maison , c’était tout beau, tout propre et tout pratique. Je me suis re-auto-félicitée. Il avait même prévu une corbeille de fruits pour notre arrivée, ambiance suite nuptiale au Sofitel.

En regardant les fruits cependant, je me suis dit que ça allait faire léger pour 15 jours. Je lui ai demandé de mon air le plus candide où se situait le supermarché le plus proche dans cette belle garrigue. Il m’a dit « à 10 km ».

J’ai dit, c’est pas grave, j’aime les fruits.

Après j’ai regardé Jim: « On peut pas réussir sur tous les plans ».

Autant dire que j’ai foiré celui où on fait tout à pied.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s