La vie est un carnaval

Mickey et Minnie tout sourires

Coucou Jeannine, tu vas?

Bon, on en est aux troisièmes vacances scolaires de la petite section, et force est de constater que le temps ne m’a apporté ni la sagesse, ni l’apaisement, ni la distance nécessaires pour affronter ce curseur social que représente l’école, et notamment son emblème le plus éloquent : le cahier de vie. Il apparaît que je ne gère toujours pas la pression qui lui est afférente. Toi qui n’es peut-être pas maman, tu ignores ce qu’est le « cahier de vie »?

C’est la mort.

#jeudemotsenorme.

C’est synonyme de gouffre, d’abîme de détresse, de pression digne d’un huitième de finale de Ligue des Champions quand tu es le PSG (big up les gars).

Le cahier de vie, c’est un grand cahier qui décrit le quotidien de l’enfant lorsqu’il est à l’école. « Maîtresse », elle le remplit patiemment, semaine après semaine, avec des dessins de l’enfant, des photos de lui en activité, les comptines qu’il chante, les progrès qu’il fait, les étapes qu’il passe, bref elle se décarcasse pour me faire partager sa vie quand il est loin de moi avec elle.

Aux premières vacances de l’année, à la Toussaint, Maîtresse m’a prise de court : elle m’a confié le cahier avec délicatesse, en m’expliquant que c’était à nous de poursuivre son oeuvre pendant les vacances. Elle avait même prévu la place, trois pages, en écrivant en haut avec son écriture de maîtresse: « mes vacances d’automne ».

La pression… J’ai tout de suite senti qu’il ne fallait pas que je la déçoive. Qu’elle avait des expectations à mon encontre et que je devais me montrer à la hauteur. Mais Bon Dieu que la barre était haute!

Je me suis mise à paniquer. J’ai repensé à l’album qu’on m’avait offert à la naissance de l’enfant, celui où tu es censée marquer ses premiers sourires/ repas/ mots/ cadeaux, coller des photos de famille, raconter des anecdotes pour qu’il les découvre plus tard… Je l’avais rempli avec assiduité les six ou sept premiers mois, et puis après, pof, j’avais zappé. J’ai honte, je te jure. Il est là, au fond de l’armoire. Chaque fois que je prends des draps propres, je le vois, il me nargue et me renvoie à mon statut de mère imparfaite, qui n’aura même pas consigné les premières fois de son (unique) enfant (entre nous, heureusement que je n’en ai pas quatre: si ça se trouve, le dernier, j’oublierais de lui donner à manger).

J’en ai pas dormi de la nuit. Je me suis demandé comment on allait trouver les idées pour accomplir comme il se doit le travail demandé par Maîtresse. Il fallait faire des choses pendant les vacances. Et oublier l’idée de traîner en pyjama devant Pat Patrouille jusqu’à onze heures. A l’issue de ma nuit blanche, je m’étais raisonnée – tu en es capable ma grande, me répétais-je comme un mantra – et j’avais établi un programme digne d’une agence événementielle: un mix subtil entre sport et culture, tradition et modernité, famille et amis.

Résultat: Haricot a commencé par découvrir le concept de musée. On est allés à l’Atelier des Lumières (c’était dingo cela dit). Moi, j’aurais pas forcément lâché Ruben et Zuma pour prendre le métro avec mon môme de quatre ans et traverser tout Paris mais foin de tergiversations, Maîtresse a demandé: on le fait. J’ai mitraillé comme une bête pour rentabiliser le dérangement. Après on est allés déjeuner chez son oncle-mon frère: j’ai immortalisé la 4 fromages. Le lendemain: bibliothèque, et nouvelle photo, hashtag « chez nous on aime l’Art ». Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin quand on a un clavier à la maison? Boum, on commence le piano. Re-photo. Puis Jardin d’Acclimatation à Neuilly pour contrebalancer l’ambiance « intellos de gauche ». Visite des petits cousins à la maison, de l’arrière grand-mère chez elle, confection d’un gâteau au chocolat, puis d’un gâteau aux pommes (les deux photos n’ont rien à voir: y en a une où l’enfant verse la farine, sur l’autre il remue la pâte) et point d’orgue du séjour: le zoo de Thoiry.

Lionceau au zoo de Thoiry

J’ai terminé exsangue, je n’avais jamais fait autant de trucs en si peu de temps, mais surtout dubitative: comment tenir le rythme à chaque vacances, sachant que, rien que cette année, il y en a encore trois à passer?

Hantée par cette pensée, mais fière de mon oeuvre – non pas trois mais six pages de photos. Un véritable voyage enchanteur, une ode à l’enfance épanouie, à la découverte, la curiosité et l’amour partagé – j’ai présenté mon cahier de vie à Maîtresse. Elle l’a ouvert, l’a feuilleté, a levé les yeux vers moi avec un air admiratif. Elle a dit: « Whouah, vous avez vraiment fait beaucoup de choses! Haricot a de la chance d’avoir des parents comme vous ». Je me suis tortillée d’aisance tout en veillant à ne surtout pas laisser paraître l’ombre d’un contentement, ou pire d’une suffisance, et j’ai dit: « Non, c’est rien. Vous savez, on fait toujours beaucoup de choses pendant notre temps libre ».

Depuis, deux autres vacances sont passées: on a fait la Pyramide du Louvre et le grand aquarium de Paris, la Tour Eiffel, les fermes de Gally et le week-end en Normandie.

Je pense qu’à ce rythme, cet été, on est à Vegas.

8 réflexions sur “La vie est un carnaval

  1. m’enfin !!! t’aurais été au parc une fois et t’aurais fait un gâteau ça aurait suffit !!! lolllll
    t’inquiètes, en 6 ème, ils ne demandent plus ça ! par contre tu passeras tes vacances à faire des fractions / réciter les couleurs/ jour de la semaine / animaux en anglais / a recopier des lettres format médiéval pour le cours de dessin ! moi je ‘dis que t’es mieux au zoo de thoiry !

    J'aime

  2. Alala! Le syndrome de la bonne élève… Je connais.
    Ici il y a une mascotte. Chaque week end ou vacances, un enfant l’accueille chez lui. Cette peluche est partie au Brésil à Noël, à Venise un week end et 4 jours à Lisbonne …avec nous.. (Oui moi aussi je souffre du syndrome)

    J'aime

Répondre à Jeannine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s