#monpostpartum

Gisele corps parfait après accouchement

Hasard de la vie, ce hashtag est créé et propulsé sur les réseaux sociaux alors que je viens d’accoucher. Je ne pouvais pas me sentir plus concernée. C’est quoi l’histoire? C’est celle d’une libération de la parole des femmes (encore une, good for us) qui raconte, à travers moult exemples, ce que l’on peut parfois subir juste après avoir accouché. Accroche-toi ma Jeannine, c’est pas glam-glam…

Pour celles et ceux qui ne sont pas sur Twitter, petit aperçu:

monpostpartum6monpostpartum5

monpostpartum4monpostpartum3monpostpartum2monpostpartum1

C’est cru, craché, vomi parfois avec violence, parce que C’EST violent. Et encore, je vous ai fait une sélection soft.

Avec ce nouveau mouvement spontané, parti d’une vidéo, je me rends compte à quel point tout ce qui entoure l’accouchement se doit d’être tu, ou si c’est dit, lissé, adouci, poli. Ce sont des « trucs de femmes » qu’on ne se dit qu’entre nous parce que ça choquerait les hommes, ou pire, ça les dégoûterait.

Prendre sur soi pour rester une icône du glamour quelles que soient les circonstances. Sous prétexte qu’enfanter est merveilleux, passer sous silence les souffrances que cela endure, la honte que l’on peut ressentir parfois, l’humiliation de se faire examiner sous toutes les coutures (mot employé à dessein) par le corps médical…

Subir les injonctions contradictoires: « Faites dormir votre nouveau-né dans son berceau car en dormant avec lui, vous risquez de l’étouffer » par la pédiatre de 60 ans. « Cette remarque date d’il y a 30 ans, un bébé a besoin des bras de sa mère » par la puéricultrice de 30 ans.

Sans compter les phrases toutes faites, genre : « L’allaitement, c’est à la demande ».

« A la demande »: comme si j’étais un self-service…

Parfois, j’adore les réseaux sociaux. Ils sont le moyen de révéler des vérités longtemps tues parce qu' »honteuses ». Et l’anonymat qu’on leur reproche souvent permet de dénoncer ce mutisme coupable qui, en l’espèce, a trop enfermé les femmes dans un rôle social mensonger et douloureux.

Je suis la première à dire à quel point le fait d’avoir un enfant est merveilleux, j’en ai témoigné ici. J’ai kiffé, vraiment. Mais ça n’occulte pas la souffrance. Les souffrances. Et elles sont nombreuses, physiques et psychologiques.

Allez faire un tour sur les réseaux – Twitter, Facebook, Instagram – avec ce hashtag, et dites-moi ce que vous en pensez.

La bise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s