Comme un lundi

FIlle dans la boue avec un regard de tueuse

Les gens qui disent « Comme un lundi », vous me pourrissez la vie.

Ca veut dire quoi « comme un lundi » ? Ca sous-entend quoi ?

Moi je me raboule au boulot le lundi dans toute mon ingénuité, avec quasi les couettes qui flottent au vent. J’ai passé un bon week-end (ou pas d’ailleurs) et je m’engage dans la semaine 18 avec envie. Je ne sais pas ce qui m’attend mais qu’importe je suis déjà gourmande de cette semaine 18! Peut-être qu’il va m’arriver des choses incroyables, qui sait? Je ne sais pas moi: que mon fils va se mettre à obéir, que je vais rencontrer Alain Chabat et qu’il va me supplier de participer à son prochain film (je t’annonce: j’accepte) ou que je vais réussir à me coucher tôt (les allégations n’ont pas de rapport entre elles. Meaning: @Alain, si tu me proposes un job, je me coucherai à l’heure que tu décideras).

Bref je suis pleine d’espoir vis-à-vis de cette semaine 18.

Continuer la lecture de Comme un lundi

Publicités

J’ai failli passer une mauvaise journée

Salut Jeannine, tu vas bien? Je sais, ça fait longtemps. Je te demande toute ton indulgence, j’ai voulu venir mille fois mais ma vie de dingue m’en a empêchée. Mais j’ai passé hier une journée qui mérite qu’on suspende le temps (#teaserdeouf).

Continuer la lecture de J’ai failli passer une mauvaise journée

J’ai rencontré la version aboutie de moi-même

Je me suis rencontrée en version réussie. Ca fait un choc je peux te dire.

La quarantaine, parisienne, un travail, un enfant. Ma vie, mais en version aboutie.

C’est une fille que j’ai croisée la semaine dernière. On a papoté, elle était assez sympa. Du coup le soir venu, je l’ai googlisée, normal, et je suis tombée sur son profil Insta.

#lechoc

Quand j’ai découvert les photos de sa vie, j’ai hésité un long moment entre geindre toute la nuit en émettant de petits cris étouffés et lui demander de m’adopter.

Je sais qu’on fait dire ce qu’on veut aux images. Que les profils des réseaux sociaux peuvent raconter une vie léchée et enviable très éloignée de celle que leurs propriétaires subissent en réalité. But still.

Toutes les photos elles formaient un ensemble tellement joli que j’en ai eu mal aux cheveux pendant trois jours.

Continuer la lecture de J’ai rencontré la version aboutie de moi-même

Si je n’avais pas commencé la danse

Je suis tombée sur une vidéo éloquente et très instructive sur psychologue.net (suis pas du genre à mater des chatons qui se frottent, crois-le bien). En substance,  la vidéo décrit les bénéfices que tu ressens quand tu fais de la danse: que tu es moins stressée et de meilleure humeur, tout ça. Alors j’ai immédiatement partagé sur la page Facebook (si tu ne la suis pas, c’est le moment de réparer parce que je ne partage que des trucs éloquents et très instructifs) et j’allais passer à autre chose quand m’est venue une fulgurance (une de plus, je ne sais plus où les mettre): Doux Jésus mais à quoi ressemblerait ma vie si je n’avais pas commencé la danse ?!!!

Continuer la lecture de Si je n’avais pas commencé la danse

Fuck la sérénité

Tu sais Jeannine, je me suis vachement assagie en grandissant. Aujourd’hui je travaille beaucoup sur mon moi intérieur. J’essaie de gagner en douceur, de faire davantage preuve de tolérance, de teinter de bienveillance chacune des paroles que j’adresse à mon fils ma bataille, de prendre en considération les conseils qu’on me donne, bref de devenir une meilleure personne, du moins moralement (physiquement je suis déjà au top).  Et j’aime bien cette époque où le développement personnel a pris sa part et nous apporte, chaque jour que Dieu fait, son lot de conseils pour apprendre à nous améliorer.

Mais comment dire? Trop c’est trop les gars. J’en ai plein dos des incantations bien-être des ayatollahs de la bien-pensance.

Continuer la lecture de Fuck la sérénité

Cher Père Noël

Salut mon grand,

Tu vas bien? Dis-moi, je sais que je m’y prends un peu tard mais je voulais te faire part de mes desideratas en matière de cadeaux cette année. Loin de moi l’idée que tu choisis mal, mais vous les mecs, mieux vaut vous aiguiller un peu, si je peux me permettre. Donc prends pas ombrage, je t’oriente. Moi ça m’évite des déconvenues (je ne te ferai pas l’affront de te remémorer certains cadeaux mais on sait, toi et moi, qu’il y a eu quelques ratages par le passé, pour le dire poliment), et toi ça te fait gagner du temps. Tout le monde est content. Si c’est pas l’esprit de Noël ça!

Continuer la lecture de Cher Père Noël

Ma belle-famille

papi mémé tonton tata

Quand ma belle-mère nous a ouvert la porte dimanche dernier, elle a accueilli son fils et son petit-fils à bras ouverts. Moi j’ai cru que j’allais me faire recaler à l’entrée. Elle m’a regardée de haut en bas façon videur de boîte. Je suis restée debout comme une dinde, ça a duré mille ans et puis elle s’est effacée pour me laisser passer.

Continuer la lecture de Ma belle-famille

Ikea t’es pas sympa

Hulk un peu énervé

On avait acheté un appart. L’appart il allait se construire et après ce serait à nous de mettre une cuisine dedans. Beau challenge comme qui dirait. Un peu génial comme perspective (= on peut tout faire) mais un peu vertigineux aussi (= y a trop à faire).

Je me souviens qu’au début de la construction de l’immeuble, au moment où nous avons choisi les sols de l’appart, le monsieur qui était là pour nous conseiller se trouvait être un spécialiste de l’architecture intérieure. Ce jour-là il nous a dit: « Ah mais ne traînez pas! Certes il vous reste un an et demi mais le temps passe à une vitesse…au moment où vous vous apercevrez qu’il ne vous reste plus que quelques mois, ce sera déjà trop tard. Ca prend un temps fou de faire une cuisine! ». Ni une ni deux j’ai mis un coup de pression à l’Homme (un de plus, oui) et nous avons, séance tenante, programmé tous nos week-ends chez la quasi totalité des cuisinistes de ce pays. Hormis tous ceux dont le budget nous faisait dépasser le PIB du Gabon. Il restait Ikea donc.

Continuer la lecture de Ikea t’es pas sympa

Noces de laine: fierté

Je t’explique Jeannine: on a fêté nos 7 ans d’amour. Incommensurable. Je suis comme Artaban (fière, oui).

Véritablement, je suis plus fière que quand j’ai obtenu mon permis (je l’avais raté 3 fois, j’étais à deux doigts de finir ma vie à 4 pattes, autant te dire que j’ai roulé des fesses quand on m’a donné le papier rose).

7 ans!!! Mazette, j’ai l’impression d’avoir mené mon couple à la victoire.

Continuer la lecture de Noces de laine: fierté