Pôle Emploi en stilettos

Ce matin j’ai dû retourner à Pôle Emploi. J’y étais passée hier aux alentours de 11h, après avoir effectué quelques achats, rapport à notre proche départ en vacances très loin. Je m’étais pointée comme une fleur fraîche devant la dame du comptoir, elle m’avait dit: « Il fallait être là à l’ouverture il y 2 heures ». Mes maillots de bain tout neufs et moi, on est repartis.

Je me suis donc réveillée aujourd’hui avec la ferme intention de recommencer, et réussir, cette opération ô combien délicate. Je dirais « cette bonne grosse galère » même. J’ai  commencé à me raidir de stress dès le réveil. J’y pensais sous la douche (il faut y être à l’ouverture, il faut y être à l’ouverture) avec ce sentiment d’urgence que seuls ceux qui ont expérimenté une visite à Pôle emploi, la CAF ou les impôts connaissent. J’ai sauté dans ma voiture à 8h46, j’ai même baissé le son de France Info pour rester focus et, arrivée à destination,  j’ai prié tous les dieux du stationnement pour qu’une place se libère rapidement. C’est ce qui s’est produit (ça s’appelle « Faire une demande à l’Univers »).

Continuer la lecture de Pôle Emploi en stilettos

Publicités

Le cabinet de recrutement branché

Il était une fois, il y a quelques années, une jeune femme, 20 ans ans et des poussières (spéciale dédicace Didier. Van Cauwelaert, pas Joeystarr, bande de …).

Fraîche et pleine de bonne volonté. Et d’illusions sur le monde aussi.

Doux Jésus, tant d’illusions, perdues les unes après les autres à la faveur de rencontres… comme celle-ci notamment.

Continuer la lecture de Le cabinet de recrutement branché

Ôde à Madame Caniche

Madame Caniche ne s’appelle pas « Madame Caniche ».

C’est le surnom – ô combien affectueux, qu’on ne s’y trompe pas – que je lui ai donné dans ma tête, au début de notre collaboration il y a 6 mois.

Car Madame Caniche a un caniche – ou tout autre minuscule modèle, je n’y connais rien en marque de chiens – dont elle est folle.

Et ça a l’air réciproque.

Ce mini-chien, tout le temps collé à ses basques, qui vous saute joyeusement dessus lorsque vous franchissez la porte, et qu’elle réprimande affectueusement d’un « Laisse la dame tranquille, vilain garçon! ».

Madame Caniche est unique et je veux lui rendre ici un vibrant hommage. Continuer la lecture de Ôde à Madame Caniche