Abnégation parentale

Ce matin on était à la plage Jeannine. Il faisait un temps de toute beauté ; le soleil dardait ses rayons aveuglants sur nos serviettes ensablées et on était pas mal. On est en Martinique depuis 4 jours, faut dire ; ça aide à être pas mal. Depuis, on écume les plages de la région, comme d’autres les boîtes de nuit. Plage, resto, plage. Dans 3 jours on n’a plus une thune ni un bout de peau sans coups de soleil mais entre-temps on aura été pas mal. L’enfant s’acclimate au poil, et nous suit sans broncher dans nos différentes pérégrinations. Notre seul échec dans l’histoire, c’était la sieste. La sieste sur la plage, il voulait pas. On a chanté Ben Mazué, fait un câlin, des caresses, mis un paréo en couverture, grondé, dormi à côté. Rien à faire. Il voulait pas.
Sauf aujourd’hui.

Continuer la lecture de Abnégation parentale

Publicités

Noces de laine: fierté

Je t’explique Jeannine: on a fêté nos 7 ans d’amour. Incommensurable. Je suis comme Artaban (fière, oui).

Véritablement, je suis plus fière que quand j’ai obtenu mon permis (je l’avais raté 3 fois, j’étais à deux doigts de finir ma vie à 4 pattes, autant te dire que j’ai roulé des fesses quand on m’a donné le papier rose).

7 ans!!! Mazette, j’ai l’impression d’avoir mené mon couple à la victoire.

Continuer la lecture de Noces de laine: fierté

Lettre à celui que tu seras

Peluche se frottant les yeux

Voilà mon bébé, le fameux jour est arrivé: on est en 2033, et tu as 18 ans.

Oui je t’appelle encore « mon bébé », chanceux que tu es.

Qui sommes-nous en 2033?

De mon côté, j’imagine que je suis encore renversante de beauté. Tout du moins, c’est ce que ton père, encore très séduisant lui aussi (et qui ne m’a pas quittée pour une petite jeune), me susurre à l’oreille très régulièrement.  Nous formons un couple épanoui et mûr, nous avons appris de nos erreurs et les dissensions de notre jeunesse nous font sourire à présent.

La vie est merveilleuse.

Continuer la lecture de Lettre à celui que tu seras