La dignité dans la loose

Eglise dans la vieille ville

On a roulé dans la carcasse, barboté dans la flotte et salué tous les italiens présents sur la plage parce que l’enfant avait appris à dire « ciao » et qu’il adore faire son politicien en campagne, puis il a été l’heure de rentrer.

Sur le chemin du retour, tout le monde était un peu ramolli, l’enfant avait faim de son goûter (j’avais dit: « On va pas le faire goûter dans la voiture, ça va tout pourrir les sièges. On attend d’être rentrés à la maison »). Il en avait marre, il chouinait façon porte qui grince. Moi j’avais le visage trop salé et les cheveux emmêlés. Jim avait du sable jusqu’au plus profond de son être.

Alors on a essayé d’être rapides et efficaces, on s’est engagés dans les petites rues de la grande ville, en tournant au gré des flèches qui te demandent de tourner. Et puis d’un coup, va comprendre, on s’est retrouvés dans la vieille ville.

Celle qui est piétonne.

Continuer la lecture de La dignité dans la loose

Publicités

La panne de bus

Jeannine je t’explique, ce sont mes souvenirs de voyage. Ils sont cocasses.

Car nous avons vécu des aventures toutes plus rocambolesques les unes que les autres (t’as vu comment je prends bien la vie?) qui ont forgé la femme intrépide et soyeuse que je suis devenue.

A l’époque il n’y avait pas d’enfant, nous voyagions en amoureux et je voulais lui montrer que j’étais autre chose qu’une bourgeoise aux cheveux longs (j’ai réussi je peux te dire).

Avant ce récit il y a eu ça.


Pekin express continue.

On partait de Batad pour redescendre vers Cebu, notre prochaine destination. Nuit en bus comme à l’aller.

Tu vois pas qu’on a été réveillés par le conducteur qui criait à l’attention des passagers…

C’était dans sa langue natale (sont peu de conducteurs de bus à parler français aux Philippines, c’est pas pratique, pratique) : on était tombés en panne en plein milieu de la nuit et des montagnes parce que le bus il avait trop fait chauffer ses pneus.

Le bordel...

Continuer la lecture de La panne de bus