No thanks ;)

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine… elle est mortelle. » 
Paolo Coelho

Publicités

Maman travaille

L’autre jour au parc, une maman me raconte qu’aux dernières vacances d’été, sa fille a passé 3 semaines à réclamer qu’on lui tienne les bras pour marcher et qu’elle, la mère, a fini le dos en miettes et mega impatiente de reprendre le boulot.

Moi je souris parce que je suis polie, et que techniquement je comprends le concept de l' »impatience de reprendre le boulot », mais en vrai, je ne l’ai jamais ressentie, cette impatience.

Pourtant j’adore mon boulot. Je t’en parlerai plus tard, il est dingo.

Mais je n’ai jamais ressenti de soulagement à laisser mon fils. A qui que ce soit. Pas à la nounou, pas à ma mère, à personne.

Je le fais, attention, je ne suis pas une psychopathe, mais je ne le fais pas avec soulagement.

Parfois même, il m’arrive de laisser échapper quelques larmes quand je dois le laisser 24 heures (pas plus tard qu’avant-hier).

Tu peux te moquer Jeannine, mais c’est moche de se moquer, donc réfléchis bien.

Au début je pensais que c’était dû au fait que je n’étais pas habituée, et qu’il était tout petit. Et puis non. Je ne me suis toujours pas habituée.

Alors qu’il a 18 ans. Non je déconne, il a 15 mois.

Mais quand même, je sais que c’est un peu bizarre.

Continuer la lecture de Maman travaille

Le cabinet de recrutement branché

Il était une fois, il y a quelques années, une jeune femme, 20 ans ans et des poussières (spéciale dédicace Didier. Van Cauwelaert, pas Joeystarr, bande de …).

Fraîche et pleine de bonne volonté. Et d’illusions sur le monde aussi.

Doux Jésus, tant d’illusions, perdues les unes après les autres à la faveur de rencontres… comme celle-ci notamment.

Continuer la lecture de Le cabinet de recrutement branché

Ôde à Madame Caniche

Madame Caniche ne s’appelle pas « Madame Caniche ».

C’est le surnom – ô combien affectueux, qu’on ne s’y trompe pas – que je lui ai donné dans ma tête, au début de notre collaboration il y a 6 mois.

Car Madame Caniche a un caniche – ou tout autre minuscule modèle, je n’y connais rien en marque de chiens – dont elle est folle.

Et ça a l’air réciproque.

Ce mini-chien, tout le temps collé à ses basques, qui vous saute joyeusement dessus lorsque vous franchissez la porte, et qu’elle réprimande affectueusement d’un « Laisse la dame tranquille, vilain garçon! ».

Madame Caniche est unique et je veux lui rendre ici un vibrant hommage. Continuer la lecture de Ôde à Madame Caniche